"l'histoire des familles manouches du camp du rond à Mont-de-Marsan raconte un projet de relogement vécu comme un déracinement, la crainte de perdre sa culture pour adopter un mode de vie "ordinaire".

J'ai rencontré, et photographié ces familles, sur le camp, avant qu'il ne soit détruit. Piero Macola m'accompagnait avec son carnet de croquis. Après "Le Tirailleur",  nous collaborions pour "Kérosène", un récit graphique édité en 2017 chez Futuropolis, et soutenu par Amnesty International.

© Alain Bujak